Une aventure sans cesse renouvelée

Nous sommes heureux de partager avec vous quelques uns des grands moments du parcours du Duke Orchestra. N’hésitez pas à cliquer sur les liens pour consulter les coupures de presse... 

En juin 2002, le festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés commande à Laurent Mignard la recréation des musiques sacrées de Duke Ellington. Onze mois plus tard, après avoir transcrit l’œuvre à l’oreille (pour big band de 15 musiciens, chœur, solistes et récitant), Laurent Mignard dirige l’oeuvre en l’église Saint-Sulpice à Paris devant un public conquis. Le Laurent Mignard Duke Orchestra était né, sa réputation également. L’orchestre poursuit l’exploration de l’oeuvre de Duke Ellington avec les Suites : Far East Suite à Beyrouth en 2004, Musiques Sacrées à Cork en 2005 et à Jazz à Vienne en 2009, Carnets de Voyages à Jazz sur son 31, New Orleans Suite avec Rhoda Scott au Méridien Jazz Festival, Festival Radio France et Montpellier  …

Le premier album Duke Ellington is alive sort en 2009. Salué par la presse, il reçoit le Grand prix du Hot Club de France. Le Duke Orchestra de Laurent Mignard s’impose comme la référence internationale pour incarner l’œuvre de Duke Ellington : « I have never dreamed that it would be possible to come that close to the original Ellington performances. If you want to hear Ellington live, go to Paris. » – Sjef Hoefsmit, Duke Ellington Music Society.

En 2010, le Duke Orchestra inaugure le Caval’air Jazz Festivalpuis se produit avec Rhoda Scott aux 24 heures du Swing de Monségur. La presse multiplie les portraits.

En 2011, le Duke Orchestra se produit à Limoges et Laurent Mignard inaugure l’allée Duke Ellington en compagnie du maire Alain Rodet et de Jean Marie Masse (fondateur du Hot Club de Limoges). En mars, le Duke Orchestra fait sensation avec son spectacle Duke Ellington is alive à l’Alhambra Paris, en interaction avec Duke Ellington par la vidéo. Le 6 juin, le concert Ellington Panorama au Collège des Bernardins donne lieu à une captation diffusée sur TF1 (Karl More prod.). Le 5 juillet, 50 ans après la rencontre entre Duke Ellington et Count Basie immortalisée par l’album First Time (Columbia 1961), Laurent Mignard Duke Orchestra et Michel Pastre Big Band partagent la scène du théâtre antique du festival Jazz à Vienne pour interpréter et prolonger l’expérience devant 5.000 personnes. Le concert est retransmis en direct sur France Inter. Le 18 août, le Duke Orchestra se produit au festival de jazz de Ramatuelle retransmis en direct par TSF Jazz.

En 2012, Laurent Mignard signe avec le label Juste Une Trace sur le prestigieux label Columbia Sony Music et publie deux nouveaux albums encensés par la presse : Battle Royal – live Jazz à Vienne et Ellington French Touch qui témoigne des relations entre Duke Ellington et la France et présente de nombreux inédits (notamment des manuscrits inachevés de la Goutelas Suite et la musique de Turcaret écrite par Ellington pour le TNP de Jean Vilar). Dans la continuité, Laurent Mignard présente le spectacle Ellington French Touch au Palace à Paris et révèle un show mixant la musique live, la comédie, la vidéo et les remix live. Le 12 août, le Duke Orchestra se produit en quintet à la Fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence, en prolongement du concert donné par Duke Ellington en trio en juillet 1966.

En avril 2013, le Duke Orchestra fête ses 10 ans à l’Européen Paris en compagnie d’invités tels que Pierre Richard, Victoria Abril, Jean-Jacques Milteau et Jorge Pardo, puis s’envole pour une tournée en Chine du 18 au 25 mai (Shanghai, Taicang, Zhoushan, Hangzou et opéra de Pékin). Le 8 août, une nouvelle captation pour TF1 (Karl More prod.) est réalisée à la citadelle du château d’Oléron (Sites en scène), avant une série de concerts thématiques : Bal Swing au Provins Duke FestivalEllington Masterpieces à l’Entrepôt Paris, Armstrong meets Ellington à la Garenne Colombes avec Irakli, Ellington French Touch à l’Opéra de Limoges, Battle Royal aux festivals Jazzelrault et Jazz sous les Pommiers …

En 2014, Pierre Richard fête ses 80 ans à l’Olympia (13 juin) en compagnie de ses amis (Michel Legrand, Stéphane Guillon, Alex Lutz, Pierre-François Martin Laval, Pierre Palmade…) et invite Laurent Mignard Duke Orchestra pour des tableaux musicaux inédits. Le 20 mai, Laurent Mignard donne en quintet une version du Duke Ellington Sacred Concert en l’église Saint Sulpice à Paris en compagnie de quatre chanteurs de l’ensemble vocal By The Gospel River (dir. Emmanuel Pi Djob) et des chanteuses Myra Maud et Nicole Rochelle. Le 1er octobre, il présente une version pharaonique du Sacred Concert en l’église de la Madeleine à Paris devant 1.200 personnes, en compagnie de Mercedes Ellington (récitante), Emmanuel Pi Djob, Nicolle Rochelle, Sylvia Howard (voc), Fabien Ruiz (tap dance), l’ensemble Les voix en mouvement (dir. Michel Podolak) et 130 choristes d’Ile de France (Gospel AttitudeWhite Spirit, choeur La Celle Saint-Cloud et choeur de Sage), soit plus de 160 artistes sur scène. Le spectacle fait l’objet de l’édition d’un double album CD + DVD Duke Ellington Sacred Concert – live La Madeleine 2014. Le Duke Orchestra est officiellement soutenu par le Duke Ellington Center for the Arts présidé par Mercedes Ellington.

En mai 2015, Laurent Mignard Duke Orchestra et Pierre Richard créent le spectacle Le Grand Blond et la Musique Noire pour le festival Cuivrée Spéciale. En juin, Laurent Mignard produit avec le Duke Festival une tournée du Sacred Concert dans les cathédrales et rassemble près de 5.000 personnes à Lille, Rennes, Toulouse, Aix en Provence, Lyon, et Nîmes. En novembre, une nouvelle Battle Royal est donnée au festival Jazz au fil de l’Oise.

Le 2 février 2016, l’Académie du Jazz fête ses 60 ans au théâtre du Châtelet et invite Laurent Mignard Duke Orchestra pour animer la soirée de gala et imaginer des collaborations inédites avec Jean-Luc Ponty, Sanseverino et John Surman. Le 14 novembre, l’association Tchendukua fête ses 20 ans au théâtre du Gymnase Paris pour une grande soirée au profit des indiens Kogis, dans laquelle Laurent Mignard Duke Orchestra intervient en fil rouge.