Jazzy Poppins

Le Duke tous publics

Conte musical en décor et en costumes – à partir de 5 ans

Les chansons en français d’après l’album « Duke Ellington Plays Mary Poppins »

  • D’après le roman « Mary Poppins » de P.L. Travers et le film de Walt Disney
  • Durée : 50 à 75 mn en une partie
  • Musiques et paroles : Richard M. et Robert P. Sherman
  • Arrangements : Duke Ellington, Billy Strayhorn
  • Transcriptions, adaptation, dialogues, mise en scène : Laurent Mignard avec les aimables participations d’Hervé Devolder, Fabien Ruiz et Francis Dufour
  • Décor et éclairages : Francis Dufour
  • Costumes : Marie Gabrielle Gérémia
  • Production : l’Agence Musicale
  • Album disponible – label juste une Trace

La distribution

Sophie Kaufmann, comédienne chanteuse

Fabien Ruiz, claquettiste invité

Laurent Mignard Duke Orchestra : Didier Desbois, Aurélie Tropez, Fred Couderc, Carl Schlosser, Philippe Chagne (saxes, clarinettes), Claude Egea, Sylvain Gontard ou Gilles Relisieux, Jérôme Etcheberry, Richard Blanchet (trompettes), Nicolas Grymonprez, Michaël Ballue, Jerry Edwards (trombones), Philippe Milanta (piano), Bruno Rousselet (contrebasse), Julie Saury (batterie), Laurent Mignard (direction-animation)

L’argument

Perchés sur les toits, 15 jazzmen ramoneurs et leur chef d’orchestre rencontrent une nounou fort dépitée qui regrette de ne pas incarner la magie de la gouvernante de son enfance. Jeanne Banks revit les moments qu’elle a vécus auprès de Mary Poppins : le père George Banks absorbé par sa banque, la rédaction d’une petite annonce pour trouver une nouvelle gouvernante, l’arrivée de Mary, les premiers instants magiques, la promenade à la campagne, l’apprentissage d’un mot imprononçable, le fou rire chez l’Oncle Albert, la vieille femme aux oiseaux, la chanson et le ballet des ramoneurs, le cerf volant … jusqu’à un épilogue inspirant par lequel Jeanne reconnait que croire en ses rêves peut transformer la réalité. Nos vies ne sont pas écrites !

L’adaptation

En 1934, Pamela Lyndon Travers publie son premier roman, Mary Poppins. Lorsque les filles de Walt Disney le supplient d’adapter leur livre préféré au cinéma, celui-ci leur fait une promesse … qu’il mettra 20 ans à tenir ! En 1964, quelques jours après la sortie du film, Duke Ellington enregistre l’album “Duke Ellington plays Mary Poppins”, encensé par le public et la critique. Le regard d’Ellington sur Mary Poppins n’ayant jamais été mis en scène, Laurent Mignard Duke Orchestra en propose une lecture originale dans un conte musical participatif, en décor et en costumes. Les chansons font la part belle aux instruments solistes, le jeune public s’initie au jazz tout en découvrant les ressources des instruments, tandis que les parents retrouvent avec candeur un univers qui a bercé leur enfance.

Presse et réactions

  • Magique – Radio Classique
  • Un savoureux spectacle – Le Monde
  • Un enchantement – TSF Jazz, Thierry Lebon
  • Un conte musical à découvrir – Télérama
  • Pour la première fois les chansons en français sur des versions jazz – La Terrasse
  • Excellente initiation au jazz pour toute la famille – Télérama
  • Fabulous ! – Mercedes Ellington

Revue de Presse

Le Monde      Libération      La terrasse

 Radio Classique – Culture Soir – 26-02-2018      TSF Jazz – Deli Express – itw 26-02-2018

France Info         TSF Jazz

Diffusion – Presse : Claudette de San Isidoro – c.sanisidoro@dukeorchestra.com